accueil
 
 

Années 10

Manessier et sa mère, début 1913

Premières vacances au Crotoy avec ses parents et sa cousine, 1919

La propriété de Thuison


Le pays natal, pour un peintre, ce n’est pas rien !
Là où l’œil et le cœur ont “reçu” la lumière pour la première fois (…)

Là où sont tes racines, là où est ton œil, ton cœur et tes nerfs : ta sensibilité d’enfant,
le soi profond.

Note de l’artiste du 6 mai 1964


De double et très lointaine ascendance picarde, Alfred Manessier – enfant unique de Nestor (1884-1936) et de Blanche (1888-1977) – a vu le jour le 5 décembre 1911 en Picardie, chez ses grands-parents maternels à Saint-Ouen (Somme), village industriel à vocation textile où son grand-père, Ovide Tellier, avait été tisserand-cordier. Non loin de là, Alphonse Manessier, son grand-père paternel, était tailleur de pierre à Pont-Rémy.

Premier domicile pour quelques mois : boulevard de la République à Abbeville, où Nestor est alors caissier à l’Usine à Gaz. Son frère aîné, Léon Manessier, maître charpentier, est installé 209 boulevard Voltaire à Abbeville.

Suite à un héritage, Ovide et Céline Tellier, ses grands-parents paternels, décident d’acheter, le 24 mai 1912, une propriété située 10, Grande Rue, Faubourg Thuison, à Abbeville afin d’y demeurer pour leur retraite avec leurs enfants et petit-fils.

1er août 1914 (mobilisation générale) : Nestor, incorporé dans le Génie, est envoyé sur le Front jusqu’après l’Armistice (Charleville, Épernay, Remiremont). La prime enfance d’Alfred Manessier se trouve donc vite troublée par la “Grande Guerre”, le privant comme tous les enfants de sa génération de la présence paternelle.

Au début de la guerre, l’enfant, resté à Thuison avec les siens, découvre nature et marais, avec la complicité de son grand-père Ovide.

Il est ensuite scolarisé dans le Calvados à Thury-Harcourt, où il est réfugié avec sa mère et sa grand-mère, en raison de la Bataille de la Somme.

Après l’armistice, la famille est enfin réunie à Abbeville et la destination de premières vacances est la baie de Somme – lieu magique dont la lumière fine contribuera à susciter sa vocation de peintre et l’accompagnera cycliquement, tout au long de sa vie, dans l’évolution de son œuvre.

Cependant - quelques mois après le décès de Céline, sa grand-mère, le 17 juillet 1919 - Blanche, tombe gravement malade.

 

association Alfred Manessier - 19, rue Saint-Gilles 80100 Abbeville - 03 22 23 80 17

contact